L’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé avait dès le 9 mars 2004 signalé les risques d’accidents vasculaires et de décès liés à l’olanzapine et à la risperidone en signalant le fait que des risques similaires à ceux identifiés pour ces deux produits ne pouvaient être exclus avec les autres neuroleptiques atypiques et classiques.

La FDA avait en avril 2005 informé les professionnels des risques liés aux antipsychotiques atypiques.

Le 16 juin 2008, cette agence après avoir pris connaissance de nouvelles informations et notamment de deux études épidémiologiques publiées en 2007[1] [2] conclut que les risques de décès concernent tous les antipsychotiques.



La FDA précise que les antipsychotiques conventionnels ou atypiques (cf.: tableau) ne sont pas approuvés dans le traitement des démences et ne peuvent être prescrits avant d’avoir informé les patients, leurs familles et les soignants, d’une augmentation du risque de mort.

Antipsychotiques conventionnels: Prochlorperazine, Haloperidol, Loxapine, Thioridazine, Molindrone, Thithixene, Pimozide, Fluphenazine, Trifluoperazine, Chlorpromazine, Perphenazine.

Antipsychotiques atypiques': Aripiprazole, Clozapine, Ziprasidone, Paliperidone, Risperidone, Quetiapine, Olanzapine.

Notes

[1] Gill SS et al. Antipsychotic drug use and mortality in older adults with dementia. Ann Intern Med. 2007; 146: 775-786

[2] Schneeweiss S et al. Risk of death associated with the use of conventional versus atypical antipsychotic drugs among elderly patients. CMAJ. 2007; 176: 627-632.